Une pensée à cogiter

L’émotion impliquerait donc une prise de conscience, et même une acceptation de sa propre condition, c’est-à-dire de sa propre vulnérabilité : « La reconnaissance et le bouleversement, voulons-nous dire, appartiennent à une seule et même partie de nous-même, la partie par laquelle je donne un sens au monde ».

 Pierre Goldstein, Vulnérabilité et autonomie dans la pensée de Martha C. Nussbaum.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.