Une pensée à cogiter

L’émotion impliquerait donc une prise de conscience, et même une acceptation de sa propre condition, c’est-à-dire de sa propre vulnérabilité : « La reconnaissance et le bouleversement, voulons-nous dire, appartiennent à une seule et même partie de nous-même, la partie par laquelle je donne un sens au monde ».

 Pierre Goldstein, Vulnérabilité et autonomie dans la pensée de Martha C. Nussbaum.

M. Cuer a lu…

rubon54La terre est un réservoir de ressources, dans lequel l’Homme puise mettant ainsi à mal la valeur intrinsèque de cette dernière. En s’appuyant sur le lien de l’homme à l’éducation, la politique, le handicap et les animaux Corine Pelluchon mène une réflexion sur les remaniements à mettre en œuvre pour repenser le rapport de l’homme à la nature. Continuer la lecture de M. Cuer a lu…