« Personne », un beau roman de Gwenaëlle Aubry recommandé par l’équipe soignante

urlPersonne est un magnifique roman au cours duquel l’auteur  nous fait découvrir la vie de son père souffrant de psychose maniaco-dépressive.

À travers ses 26 chapitres, correspondant à 26 angles d’approche différents, nous découvrons le vécu original de la fille d’un patient : les relations entretenues avec lui, avec ceux qui l’ont connu avant sa maladie, mais aussi la façon dont elle-même pouvait parler de ses parents, de la façon dont elle perçoit l’hôpital psychiatrique et enfin des difficultés lors des crises et de la joie des rémissions.

Nous découvrons alors la psychose sous un autre angle, et si le sujet peut sembler lourd, le style poétique de l’auteur et la façon dont il nous présente cette biographie fait de la lecture de ce livre un moment sans apitoiement, intense et agréable.

L. Molina a lu…

élogeL’auteur est un homme porteur d’un handicap moteur cérébral, dû à une asphyxie à la naissance. Ce qui l’a amené à vivre 17 ans en institut spécialisé au sein duquel on lui a dit qu’il ne pourrait jamais faire d’études supérieures. A l’heure actuelle, il est philosophe, donne des conférences et a écrit différents ouvrages.

Ce livre se présente sous la forme d’un dialogue avec Socrate, au cours duquel il aborde différents sujets de société de son point de vue d’handicapé. Cela permet une remise en question d’idées préconçues, concernant la prise en charge de ces personnes et leur vie au sein des instituts, le regard que la société porte sur eux et leur vision du monde.

Il manifeste particulièrement la joie de ces handicapés, ce qui dénote de la vision que nous en avons d’habitude. Ce livre, sans être une idéalisation de la faiblesse, est plein d’espérance et manifeste une beauté que l’on imaginerait pas.

L’engouement qu’il provoque actuellement semble provenir de la simplicité avec laquelle il nous transmet une joie simple provenant d’un homme dont on imaginerait volontiers le contraire.

M. Cuer a lu…

rubon54La terre est un réservoir de ressources, dans lequel l’Homme puise mettant ainsi à mal la valeur intrinsèque de cette dernière. En s’appuyant sur le lien de l’homme à l’éducation, la politique, le handicap et les animaux Corine Pelluchon mène une réflexion sur les remaniements à mettre en œuvre pour repenser le rapport de l’homme à la nature. Continuer la lecture de M. Cuer a lu…

L. Molina a lu…

À travers ce livre, Jean-Philippe Pierron : Vulnérabilité, pour une philosophie du soin, nous découvrons les différents aspects de la prise en charge de la vulnérabilité de la personne dans les soins. Il établit dès le début une distinction entre faire les soins (to cure) qui est objectif et technique, et prendre soin (to care), qui est subjectif et relationnel. Ces termes anglo-saxons permettent une bonne compréhension des enjeux : y a-t-il un surinvestissement de l’un par rapport à l’autre, et cela est-il néfaste ?

Il dit que ces 2 aspects doivent être présents dans le soin mais qu’à l’heure actuelle, les soins étant gérés par l’administration dans la logique d’une société marchande, ce qui n’a pas de prix (caresse, attention) n’aurait pas de valeur et donc que le care aurait tendance à disparaître au profit du cure.

Un autre point abordé est l’impact de la sécularisation de la société, cette modification vient modifier la représentation que l’on avait de la maladie. On voit cette dernière sur un plan uniquement biologique et l’on oublie les enjeux éthiques, spirituels et métaphysiques engagés dans cette épreuve. Cela conduit à considérer l’humain comme une machine.

Seule la notion de dignité permet alors de conserver l’humanité de la personne.

Enfin, cette philosophie du soin ne vient pas juger, mais interroger comment le prendre soin reste présent au sein d’une objectivation du geste soignant qui a fini par faire oublier que le soin vient aussi unir les hommes les uns aux autre et ne correspond pas qu’à un geste technique sur un corps objectif.

Le Docteur Peyron a lu

J. Tronto, Un monde vulnérable, , Ed La Découverte, 2009, 240p.

J. Tronto est professeure de théorie politique à l’université de New York. Dans son livre, Un monde vulnérable, publié en 2009 aux éditions la Découverte, elle propose de dépasser les limites politiques et morales du care. En effet, historiquement, le care, c’est à dire la prévenance, la sollicitude, le souci est lié aux femmes. Or les femmes restent largement exclues du monde politique. De plus, la morale est issue de la morale kantienne, et ne prend pas en compte la vulnérabilité du corps, la maladie, le handicap, alors que le care le fait.  Continuer la lecture de Le Docteur Peyron a lu

Le Docteur Peyron a lu

Nathalie Maillard, La vulnérabilité. Une nouvelle catégorie morale ?, Paris, Labor & Fides, 2012.

N. Maillard analyse le passage de l’autonomie à la vulnérabilité. Ce passage, récent dans la pensée anthropologique, s’est articulé autour de la pensée du corps, oublié par Kant. L’analyse de ce passage permet à l’auteur de revisiter les notions de sollicitude, de fragilité (qu’elle a tendance un peu confondre avec la vulnérabilité), de dignité, de « capabilités »… Ensuite, son analyse se porte sur les pensées de Ricoeur et Lévinas.

L’ouvrage est parfois un peu aride, mais la lecture est enrichissante, et surtout m’a permis de bien asseoir les notions d’autonomie, de vulnérabilité …. Un bon début….

Continuer la lecture de Le Docteur Peyron a lu