Une pensée à méditer…

na05_2587353_1_apx_470_« Mais la fragilité croissante de la vie qui va vers son terme délivre assurément aussi un tout autre message. Elle est le signe de la précarité de toutes les existences et pas seulement de celles qui s’achèvent, elle souligne que la vulnérabilité de la personne âgée ne peut être authentiquement accueillie que par une autre vulnérabilité assumée.

Et par-dessus tout, cette fragilité est le signe que l’utilité n’est pas le dernier mot de l’existence, que la disposition à recevoir est aussi précieuse que la capacité à donner. La vieillesse, pour ceux qui la vivent autant que pour ceux qui l’accompagnent, et de la sorte s’y préparent, est l’apprentissage de la vertu de disponibilité. »

Pensée tirée du journal La Croix du 8 Février 2013, Article «Vulnérable mais précieuse vieillesse », de Jacques Ricot, philosophe, auteur d’Ethique du soin ultime, Presses de l’EHESP, et de Du bon usage de la compassion aux PUF.

Article intégral consultable en ligne.

Journée Rose des Vents – 22 mars 2013

La journée Rose des Vents aura lieu le 22 mars prochain par le groupe COGITO. Le sujet de réflexion amorcé depuis le le début de l’année est celui de la vulnérabilité. Outre la philosophie, les éclairages d’autres science9782204088244s humaines seront convoqués (histoire, anthropologie, sociologie).

Pour cette journée, le travail s’organisera autour du chapitre de l’ouvrage de Corine Pelluchon, Eléments pour une éthique de la vulnérabilité, publié au Cerf en 2011.

Ce chapitre est consultable en ligne : Chapitre sur l’handicap.

En attendant cette belle journée, on peut écouter Corine Pelluchon en ligne.

Une pensée à cogiter

L’émotion impliquerait donc une prise de conscience, et même une acceptation de sa propre condition, c’est-à-dire de sa propre vulnérabilité : « La reconnaissance et le bouleversement, voulons-nous dire, appartiennent à une seule et même partie de nous-même, la partie par laquelle je donne un sens au monde ».

 Pierre Goldstein, Vulnérabilité et autonomie dans la pensée de Martha C. Nussbaum.

Cogiter la vulnérabilité

Ce carnet de recherche doit rendre compte d’une expérience originale, une réflexion collective menée sur plusieurs années, associant historiens, philosophes, sociologues et soignants (médecins, infirmiers et cadres de santé), psychologues et artistes, autour de la question de la vulnérabilité. De quoi s’agit-il ? Pourquoi cette notion émerge-t-elle aujourd’hui si massivement dans le discours et les politiques de santé ? De quoi est-elle le signe ? ou au contraire que dissimule-t-elle ?