Une pensée à cogiter

L’émotion impliquerait donc une prise de conscience, et même une acceptation de sa propre condition, c’est-à-dire de sa propre vulnérabilité : « La reconnaissance et le bouleversement, voulons-nous dire, appartiennent à une seule et même partie de nous-même, la partie par laquelle je donne un sens au monde ».

 Pierre Goldstein, Vulnérabilité et autonomie dans la pensée de Martha C. Nussbaum.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *