L. Molina a lu…

À travers ce livre, Jean-Philippe Pierron : Vulnérabilité, pour une philosophie du soin, nous découvrons les différents aspects de la prise en charge de la vulnérabilité de la personne dans les soins. Il établit dès le début une distinction entre faire les soins (to cure) qui est objectif et technique, et prendre soin (to care), qui est subjectif et relationnel. Ces termes anglo-saxons permettent une bonne compréhension des enjeux : y a-t-il un surinvestissement de l’un par rapport à l’autre, et cela est-il néfaste ?

Il dit que ces 2 aspects doivent être présents dans le soin mais qu’à l’heure actuelle, les soins étant gérés par l’administration dans la logique d’une société marchande, ce qui n’a pas de prix (caresse, attention) n’aurait pas de valeur et donc que le care aurait tendance à disparaître au profit du cure.

Un autre point abordé est l’impact de la sécularisation de la société, cette modification vient modifier la représentation que l’on avait de la maladie. On voit cette dernière sur un plan uniquement biologique et l’on oublie les enjeux éthiques, spirituels et métaphysiques engagés dans cette épreuve. Cela conduit à considérer l’humain comme une machine.

Seule la notion de dignité permet alors de conserver l’humanité de la personne.

Enfin, cette philosophie du soin ne vient pas juger, mais interroger comment le prendre soin reste présent au sein d’une objectivation du geste soignant qui a fini par faire oublier que le soin vient aussi unir les hommes les uns aux autre et ne correspond pas qu’à un geste technique sur un corps objectif.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *