Une pensée à méditer…

na05_2587353_1_apx_470_« Mais la fragilité croissante de la vie qui va vers son terme délivre assurément aussi un tout autre message. Elle est le signe de la précarité de toutes les existences et pas seulement de celles qui s’achèvent, elle souligne que la vulnérabilité de la personne âgée ne peut être authentiquement accueillie que par une autre vulnérabilité assumée.

Et par-dessus tout, cette fragilité est le signe que l’utilité n’est pas le dernier mot de l’existence, que la disposition à recevoir est aussi précieuse que la capacité à donner. La vieillesse, pour ceux qui la vivent autant que pour ceux qui l’accompagnent, et de la sorte s’y préparent, est l’apprentissage de la vertu de disponibilité. »

Pensée tirée du journal La Croix du 8 Février 2013, Article «Vulnérable mais précieuse vieillesse », de Jacques Ricot, philosophe, auteur d’Ethique du soin ultime, Presses de l’EHESP, et de Du bon usage de la compassion aux PUF.

Article intégral consultable en ligne.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *